"Image, ma seule, mon unique passion" Charles Baudelaire
+




"Lorsque viendra le printemps, si je suis déjà mort, les fleurs fleuriront de la même manière et les arbres ne seront pas moins verts qu’au printemps passé.
La réalité n’a pas besoin de moi."

Fernando Pessoa (via feuille-d-automne)

(Source: loladevalence, via feuille-d-automne)

fleurdulys:

Despair - Lindsay Bernard Hall
1916

fleurdulys:

Despair - Lindsay Bernard Hall

1916

polemostasis:

Tout se fragmente et tout se désassemble, les notions - que l’on jugeait acquises - se défont, le grand ébranlement prélude et chacun rompt les instruments dont se servaient nos pères. Dans les pays où règne la censure, on se consume à nier l’évidence; dans les pays où la censure est abolie, on dit n’importe quoi; la différence paraît insensible, car il revient au même de mentir ou de se perdre et l’on présume que ceux-là, qui mentent, rejoindront quelque jour ceux qui se sont perdus. Les Muses ont abandonné la terre et voilà plusieurs générations que les beaux-arts sont morts, les imposteurs ont le champ libre et jamais il ne s’en vit de plus incroyables, mais le pire est que ceux qui s’opposent à leur imposture, ne nous proposent rien, rien que des platitudes. Nos villes sont des cauchemars, leurs habitants deviennent pareils aux termites, tout ce qui s’édifie est d’une laideur monstrueuse et nous ne savons plus bâtir de temples, de palais ni de tombeaux, de places triomphales ni d’amphithéâtres. A chaque pas, la vue est offensée, l’oreille abasourdie et l’odorat désespéré, nous nous demanderons bientôt : - A quoi bon l’ordre ?” - Albert Caraco, Bréviaire du Chaos

polemostasis:

Tout se fragmente et tout se désassemble, les notions - que l’on jugeait acquises - se défont, le grand ébranlement prélude et chacun rompt les instruments dont se servaient nos pères.
 Dans les pays où règne la censure, on se consume à nier l’évidence; dans les pays où la censure est abolie, on dit n’importe quoi; la différence paraît insensible, car il revient au même de mentir ou de se perdre et l’on présume que ceux-là, qui mentent, rejoindront quelque jour ceux qui se sont perdus. Les Muses ont abandonné la terre et voilà plusieurs générations que les beaux-arts sont morts, les imposteurs ont le champ libre et jamais il ne s’en vit de plus incroyables, mais le pire est que ceux qui s’opposent à leur imposture, ne nous proposent rien, rien que des platitudes.
Nos villes sont des cauchemars, leurs habitants deviennent pareils aux termites, tout ce qui s’édifie est d’une laideur monstrueuse et nous ne savons plus bâtir de temples, de palais ni de tombeaux, de places triomphales ni d’amphithéâtres. A chaque pas, la vue est offensée, l’oreille abasourdie et l’odorat désespéré, nous nous demanderons bientôt :
 - A quoi bon l’ordre ?” - Albert Caraco, Bréviaire du Chaos

"I have so much to say to you that I am afraid I shall tell you nothing."
Fyodor Dostoevsky  (via feuille-d-automne)

(Source: requiemforthepast, via feuille-d-automne)

"J’ai vécu des minutes telles que tout le bonheur humain y était contenu ; et qu’à elles seules, elles auraient suffi à justifier toute ma vie. Et je sais que j’en connaîtrai d’autres encore."
Simone de Beauvoir, Cahiers de jeunesse (via iamcmlle)

(Source: sdbeauvoir, via demi-maux)

drakontomalloi:

Denis Forkas Kostromitin - Study for Triton’s Mirror (Typhaon Triumphant), revised. 2013

drakontomalloi:

Denis Forkas Kostromitin - Study for Triton’s Mirror (Typhaon Triumphant), revised. 2013

(via pale-sang-bleu)

"Je pense donc je fuis."
(via maldoror6)
fuckyeahpreraphaelites:

FameEdmund Blair Leighton

fuckyeahpreraphaelites:

Fame
Edmund Blair Leighton

(Source: fleurdulys, via ageless-inspiration)

(Source: olderoticart)

belgianpaintings:

Jules Gondry (1860-1921) - La Mort du petit Jacques (d’après Emile Zola), Huile sur toile

belgianpaintings:

Jules Gondry (1860-1921) - La Mort du petit Jacques (d’après Emile Zola), Huile sur toile

(via ageless-inspiration)